Obligation vaccinale, les effets réels sur les métiers de la santé

15 septembre : c’est la date de l’entrée en vigueur de l’obligation vaccinale pour les professionnels de santé. Tous les soignants doivent effectivement avoir reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19. Sinon, ils ne pourront plus exercer leur métier et ils pourront être sanctionnés. Il est vrai que cette décision du gouvernement peut contribuer à la lutte contre la propagation du virus, mais elle influe sur le choix personnel des soignants.

Des milliers de suspensions potentiels dans les hôpitaux publics

Quelques jours avant l’entrée en vigueur de l’obligation vaccinale pour les métiers de la santé, 13% des personnels hospitaliers n’avaient pas encore reçu leur première dose de vaccin contre le coronavirus.
Ce qui signifie que des milliers de soignants risquent d’être suspendus, puisque l’effectif de la fonction publique hospitalière est de 1,1 millions d’individus. Et à cela s’ajoute les 50 000 personnes parmi les libéraux et aussi les 300 000 professionnels qui travaillent dans des établissements de santé et médico-sociaux.

Des risques d’effets secondaires

En fait, de nombreux soignants ne comprennent pas pourquoi on les oblige à recevoir des doses de vaccin contre le covid-19.

Comme l’aide-soignante Marie-Line Mgadmi de l’Hôpital de la Timone à Marseille le précise : « Je ne suis pas contre les vaccins, mais contre l’obligation vaccinale.. Nous on a peur, on a besoin d’être rassurés. Cette peur est justifiée, il y a beaucoup de contradictions sur ce vaccin.. On aurait voulu que le Président envoie des personnes compétentes des laboratoires pour nous expliquer qu’il n’y a pas d’effets secondaires et que nous ne risquons rien».

A DECOUVRIR  Comment aménager son bureau de travail ?

Du coup, les professionnels de santé qui ne veulent pas prendre le risque décident de démissionner. Ils quittent leur travail ou se reconvertissent. C’est d’ailleurs ce que l’infectiologue Karine Lacombe a expliqué : « C’est une démarche qui est altruiste. On ne veut pas se faire vacciner, on change de métier, on se met en disponibilité».

Des sanctions trop sévères

Comme précisé plus haut, les professionnels de santé qui refusent de se faire vacciner peuvent encourir des sanctions sévères. Ils risquent la suspension de leur contrat de travail. Et comme Karine Lacombe l’a confirmé, cette suspension s’accompagne de l’interruption du versement de la rémunération et ne prendra fin que lorsque le salarié fournit les pièces justificatives requises.

Il est donc normal que les soignants prennent des précautions face à ce problème. Ils décident de démissionner et de postuler ailleurs pour ne pas être soumis à l’obligation vaccinale, pour ne plus craindre les effets secondaires du vaccin anti-covid et pour pouvoir continuer à nourrir leur famille.